algorithme génétique en Python
5/5 - (1 vote)

Comment programmer un algorithme génétique pour résoudre des problèmes du monde réel

Hey, toi là-bas ! Tu te demandes comment résoudre des énigmes complexes qui défient même le cerveau humain ? Tu es curieux de savoir comment les principes de la théorie de l’évolution de Darwin peuvent être appliqués à la programmation ?

Si c’est le cas, alors tu es au bon endroit. Aujourd’hui, je vais te montrer comment programmer un algorithme génétique en Python. Et devine quoi ? Nous allons utiliser cet algorithme pour résoudre le célèbre problème du voyageur de commerce (TSP). Intrigué ? Allons-y !

 

Comprendre le problème du voyageur de commerce

Prêt à plonger dans le grand bain de l’algorithmique génétique ? Pas si vite ! Assure-toi d’avoir bien mis ton casque, car nous allons d’abord embarquer pour un petit voyage dans le monde du fameux problème du voyageur de commerce (TSP). Visualise-toi comme un marchand ambulant, traçant sa route de ville en ville pour écouler sa marchandise.

Chaque ville doit être visitée une seule fois et tu dois revenir à ta ville d’origine. Facile, non ? Attends une minute. Le défi est de trouver le chemin le plus court possible qui te permette de visiter chaque ville. Pas si simple maintenant, hein ? C’est là que les algorithmes génétiques entrent en jeu.

 

Plongée dans l’algorithme génétique

Le doux murmure des algorithmes génétiques, ça te dit quelque chose ? Ces stratégies de résolution de problèmes sont des bijoux issus des principes de l’évolution de Darwin, rien de moins ! Oui, tu ne rêves pas, les fondements de la sélection naturelle, des croisements et des mutations se transposent dans notre cher univers de la programmation pour résoudre des casse-têtes pas piqués des hannetons.

Pour cela, voici les étapes qu’un algorithme génétique suit généralement :

  1. Initialisation : On commence par créer une population initiale de solutions possibles (qu’on appelle aussi chromosomes ou individus).
  2. Évaluation : On évalue ensuite la qualité (fitness) de chaque solution dans la population.
  3. Sélection : On choisit ensuite les meilleurs individus pour le croisement.
  4. Croisement : On crée de nouvelles solutions à partir des solutions sélectionnées.
  5. Mutation : On modifie légèrement les nouvelles solutions.
  6. Insertion : On ajoute les nouvelles solutions à la population.
  7. Termination : On arrête si la condition de fin est atteinte, sinon on retourne à l’étape 2.

On dirait un scénario de film de science-fiction, n’est-ce pas ? Mais c’est bien réel !

 

Programmation de l’algorithme génétique en Python

Et maintenant, c’est l’heure du spectacle. Accroche-toi, car nous allons plonger dans le code Python. Pour faciliter les choses, nous utiliserons la bibliothèque DEAP (Distributed Evolutionary Algorithms in Python). Assure-toi de l’installer en utilisant pip install deap.

import random
from deap import base, creator, tools

# définir la taille de la population et la longueur du chromosome
POPULATION_SIZE = 100
CHROMOSOME_LENGTH = 10

# définir le problème comme un problème de minimisation
creator.create("FitnessMin", base.Fitness, weights=(-1.0,))
creator.create("Individual", list, fitness=creator.FitnessMin)

toolbox = base.Toolbox()

# génération de l'individu et de la population
toolbox.register("attr_int", random.randint, 0, 1)
toolbox.register("individual", tools.initRepeat, creator.Individual, toolbox.attr_int, n=CHROMOSOME_LENGTH)
toolbox.register("population", tools.initRepeat, list, toolbox.individual)

# définition des opérateurs génétiques
toolbox.register("evaluate", fitness_function)
toolbox.register("mate", tools.cxTwoPoint)
toolbox.register("mutate", tools.mutFlipBit, indpb=0.05)
toolbox.register("select", tools.selTournament, tournsize=3)

def main():
    pop = toolbox.population(n=POPULATION_SIZE)
    hof = tools.HallOfFame(1)
    stats = tools.Statistics(lambda ind: ind.fitness.values)
    stats.register("avg", numpy.mean)
    stats.register("min", numpy.min)
    stats.register("max", numpy.max)
    pop, log = algorithms.eaSimple(pop, toolbox, cxpb=0.5, mutpb=0.2, ngen=40, stats=stats, halloffame=hof, verbose=True)
    return pop, log, hof

if __name__ == "__main__":
    main()

Dans ce code, nous avons défini un algorithme génétique de base. Nous avons commencé par créer un individu et une population, défini les opérations génétiques et enfin défini la boucle principale de l’algorithme génétique.

 

Comment ça marche ?

 

L’initialisation

On commence par définir la taille de la population et la longueur du chromosome. Ensuite, on crée une “boîte à outils” pour générer des individus et une population. Chaque individu est une liste de nombres aléatoires 0 ou 1, qui représente le chemin que le “voyageur de commerce” pourrait emprunter.

 

Les opérations génétiques

Ensuite, on définit des opérations génétiques, l’évaluation, le croisement, la mutation et la sélection. Ces opérations sont utilisées pour évoluer la population vers de meilleures solutions. L’évaluation est une fonction qui doit calculer la qualité (fitness) d’un individu pour le problème que tu essayes de résoudre.

 

La boucle principale

Enfin, la boucle principale de l’algorithme génétique est mise en place. Cette boucle répète les opérations génétiques un certain nombre de fois, dans l’espoir de trouver la meilleure solution possible.

 

Les aspects pratiques de la programmation des algorithmes génétiques

 

Passer au crible les performances

Plongeons-nous dans l’art et la manière de jauger et booster les performances de nos algorithmes génétiques. Par exemple, comment la taille de la population, le rythme du croisement et le taux de mutation influent-ils sur le temps de convergence et la pertinence de la solution dénichée ? Comment manier ces paramètres avec finesse pour accroître leur efficacité ?

 

L’algorithme génétique dans la vie de tous les jours

Les algorithmes génétiques, loin d’être cantonnés à l’univers théorique, s’illustrent dans le concret pour résoudre une panoplie de défis d’optimisation et de recherche. Par exemple, ils s’invitent dans l’établissement des horaires de travail, la création de réseaux de neurones, l’affinage de la forme des ailes d’avions, et bien d’autres domaines.

 

Au-delà des algorithmes génétiques

Le monde des techniques heuristiques d’optimisation ne s’arrête pas aux algorithmes génétiques. Il regorge d’autres approches dignes d’intérêt, comme l’optimisation par essaims de particules, l’algorithme du recuit simulé ou encore l’optimisation par colonies de fourmis. Qu’ont-ils de plus ou de moins que les algorithmes génétiques ?

 

Visualisation de l’évolution

Une autre façon d’enrichir cet article serait d’ajouter des visualisations pour aider les lecteurs à comprendre comment l’algorithme génétique évolue au fil du temps. Par exemple, on pourrait montrer comment la fitness moyenne de la population change à chaque génération, ou visualiser le meilleur chemin trouvé à différentes étapes de l’algorithme.

 

Interactions entre les opérations génétiques

Enfin, on pourrait explorer en détail comment les différentes opérations génétiques interagissent les unes avec les autres. Par exemple, comment le croisement et la mutation peuvent travailler ensemble pour explorer l’espace des solutions, ou comment la sélection naturelle favorise la propagation des bons gènes à travers la population.

 

Questions sur la programmation d’algorithme génétique

Qu'est-ce que la bibliothèque DEAP en Python ?

DEAP (Distributed Evolutionary Algorithms in Python) est une bibliothèque Python dédiée à la programmation d'algorithmes génétiques et autres techniques d'optimisation évolutionnaire. Elle fournit des outils pour créer des populations d'individus, évaluer leur "fitness", et appliquer des opérations génétiques comme le croisement et la mutation.

Qu'est-ce que la fitness dans un algorithme génétique ?

La fitness est une mesure de la qualité d'une solution dans un algorithme génétique. En général, une solution avec une fitness plus élevée est considérée comme meilleure. Dans le cas du TSP, la fitness pourrait être la longueur totale du chemin, et l'objectif serait de minimiser cette longueur.

Quelles sont les principales étapes d'un algorithme génétique ?

Les principales étapes d'un algorithme génétique sont l'initialisation, l'évaluation, la sélection, le croisement (ou crossover), la mutation, l'insertion, et la terminaison. Ces étapes sont répétées jusqu'à ce qu'une condition de fin soit atteinte, comme un nombre maximum de générations ou une solution suffisamment bonne.

Comment fonctionne le croisement dans un algorithme génétique ?

Le croisement, ou crossover, est une opération génétique qui crée de nouvelles solutions en combinant des parties de deux solutions existantes. Le point ou les points où les solutions sont coupées et combinées sont généralement choisis au hasard. L'idée est de favoriser le mélange et la propagation de bons gènes dans la population.

Qu'est-ce que la mutation dans un algorithme génétique ?

La mutation est une opération génétique qui modifie aléatoirement une petite partie d'une solution existante. Son but est d'introduire de la diversité dans la population et d'éviter que l'algorithme ne reste bloqué dans des solutions locales suboptimales.

Quelles autres techniques heuristiques d'optimisation existent en dehors des algorithmes génétiques ?

Il existe de nombreuses autres techniques heuristiques d'optimisation, notamment l'optimisation par essaims de particules, l'algorithme du recuit simulé et l'optimisation par colonies de fourmis. Chacune de ces techniques a ses propres avantages et inconvénients, et peut être plus adaptée à certains types de problèmes qu'à d'autres.