low code et no code crise data scientist
5/5 - (1 vote)

Tu te demandes sûrement si les technologies low code/no code peuvent être le remède magique au casse-tête des data scientists dans les entreprises. Accroche-toi à ton fauteuil, parce que je vais te dire un truc : peut-être bien que oui ! On va remuer ça comme un milk-shake de données, mon pote !

 

Besoin criant de data scientists

Allez, avoue, t’as déjà checké les offres d’emploi sur LinkedIn, non ? Tous les patrons du coin recherchent le mouton à cinq pattes, le Gandalf des data scientists. On parle de talents avec un cerveau de génie, un sens de l’humour épique et assez de charisme pour faire passer un écran bleu de la mort pour une œuvre d’art. Mais soyons sérieux deux secondes : trouver la perle rare, c’est un peu comme chercher une aiguille dans une botte de foin, non ?

 

Des critères de recrutement trop sélectifs ?

Bon, d’accord, il faut des critères. Mais en être aussi pointilleux, c’est comme faire un filtre Snapchat pour trouver son âme sœur. Ce que ça donne ? Bah, un tas de candidats surqualifiés et sur-sollicités, des coûts qui flambent et une productivité qui s’effondre.

 

Les enjeux

Imagine un instant, tu dois jongler entre trois balles enflammées : productivité, pénurie de main-d’œuvre et motivation des salariés. Selon une étude, il manquerait jusqu’à 100 000 personnes dans des métiers spécialisés en France. Et si t’ajoutes à ça la durée de vie moyenne d’un data scientist dans une boîte (2 à 3 ans selon Indeed), c’est la cata totale.

 

Quelle est la solution ? Le low code/no code

Alors, on en vient au nœud du problème : low code/no code, c’est quoi ce bazar ? C’est une technologie qui te permet de réaliser des opérations de développement sans être un Jedi du code. En gros, ça réduit le temps pour obtenir des résultats et ça permet même aux néophytes de s’essayer à la data science. La transformation numérique, c’est plus qu’un mot à la mode, c’est un besoin vital, mec !

 

Démocratisation de la technologie

Et si au lieu de recruter des Einstein à tour de bras, on apprenait à tous à pêcher ? Grâce au low code/no code, on peut faire monter en compétence l’ensemble de l’équipe. Une enquête dit même que 96% des employés seraient prêts à utiliser ces outils. On parle donc de rendre les gens autonomes, sans avoir à passer des années à se former.

Pour résumer, si t’en as marre de chercher l’oiseau rare en matière de data scientists et que tu penses qu’une petite révolution s’impose, le low code/no code pourrait bien être la clé. Il s’agit non seulement d’une solution pour le recrutement, mais aussi d’un moyen d’optimiser la productivité et de résoudre la crise de la main-d’œuvre. Alors, convaincu ?